Vous êtes ici : AccueilActualitésFMDH : les peuples autochtones mettent en lumière leur combat visant à consacrer leur droit à l’identité, et au pluralisme linguistique et culturel

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

04-12-2019

Appel à candidature interne

Lire la suite

27-11-2019

Arménie : Le CNDH participe à la commémoration du quinzième anniversaire de l (...)

Lire la suite

04-11-2019

Assemblée générale du RINADH : Le CNDH réélu membre du Comité directeur au (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

FMDH : les peuples autochtones mettent en lumière leur combat visant à consacrer leur droit à l’identité, et au pluralisme linguistique et culturel

La diversité linguistique et culturelle a été au centre d’un débat organisé le vendredi 27 novembre 2014 dans le cadre des activités du Forum mondial des droits de l’Homme.

Organisée par le Réseau amazigh pour la citoyenneté (Azetta Amazigh), la fédération des associations amazighe, la Maison pour l’identité (Argentine) et l’Agrupacion Hijos (Argentine), cette rencontre a permis d’approfondir le débat sur les droits culturels et élaborer une batterie de propositions visant à promouvoir le pluralisme linguistique et culturel. Elle a permis également de s’arrêter sur les expériences de certains pays arabes et étrangers (Brésil, l’Argentine, Canada, Liban, Mali, Tunisie…) en matière de protection du pluralisme culturel et linguistique, et de mettre en exergue les droits dont sont privés les peuples autochtones ainsi que les violations et les provocations dont ils sont victimes dans leur combat visant à consacrer et défendre leurs droits.

Les participants à cette rencontre ont affirmé d’une manière unanime que le respect du pluralisme linguistique et culturel est à même de garantir la sécurité culturelle et la paix sociale, précisant que les Etats doivent voir dans ce pluralisme une source de cohésion et un facteur de stabilité et vie commune, au lieu d’être une source de clivage ou d’affaiblissement d’une partie au détriment de l’autre.  

Pour ces derniers, la faiblesse du mouvement de défense du pluralisme linguistique et culturel s’explique par le faible  niveau d’éducation et de formation, la prolifération de l’analphabétisme, le manque de sensibilisation aux droits fondamentaux et le non accès à l’information, ainsi que l’insuffisance de l’investissement dans les médias comme moyen efficace et efficient à même de conscientiser les peuples sur leurs droits les plus élémentaires.

Les travaux de ce forum thématique, marqué par l’observation d’une minute de silence à la mémoire des victimes des violations des droits de l’Homme dans le monde, ont été ouverts par une intervention sur les principales conventions internationales relatives au pluralisme culturel et linguistique dont ‘la convention de Paris 2005’ sur la protection et la promotion de la diversité culturelle.

Haut de page