Vous êtes ici : AccueilPour un recours effectif pour les victimes des violations des droits de l'homme liées aux entreprises

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

14-07-2019

Les formes d’expression publique et le modèle de développement, par Mohamed (...)

Lire la suite

28-06-2019

La présidente du CNDH reçoit la Directrice exécutive de la Direction exécutive (...)

Lire la suite

20-06-2019

Amina Bouayach participe à un débat sur la parité lors de la 5ème édition du (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Pour un recours effectif pour les victimes des violations des droits de l'homme liées aux entreprises

.

Le Conseil national des droits de l'homme (CNDH) a accueilli les 2 et 3 Mars 2016 à l'Institut national de formation des droits de l’Homme à Rabat, un atelier international sur le rôle des institutions nationales des droits de l’Homme (INDH) dans l’accès aux recours relatifs aux violations des droits de l’Homme liées aux entreprises.

Initié par le Groupe de travail du Comité international de coordination sur les droits de l’Homme et entreprises (GT-CIC) et organisé en collaboration avec l’Institut danois des droits de l’Homme (DIHR), cet atelier a permis aux INDH de renforcer leur connaissance et leur compréhension du rôle à jouer pour faciliter l’accès aux recours effectifs pour les victimes des violations des droits de l’Homme liées aux entreprises.

 

Deux jours d’intense débat durant lesquels des représentants des institutions nationales des droits de l’Homme (INDH) de Ghana, de l’Uganda, du Cameroun, de l’Afrique du Sud, du Kenya, de la Malaisie, de la Mongolie, des Philippines, de l’Allemagne et du Maroc, du Haut-commissariat aux droits de l’Homme et de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), ont mis en exergue le rôle et les défis auxquels sont confrontés les INDH en tant que mécanismes de recours non judiciaires dans les affaires de violations des droits de l’Homme liées aux entreprises aussi bien à l’échelle nationale qu’extraterritoriale.

La rencontre dont les conclusions seront soumises au Comité international de coordination des INDH (CIC), a insisté sur l’importance du réseautage non seulement entre les experts en matière de droits de l’Homme, mais entre les autres parties prenantes  dont les entreprises, les organisations, les syndicats, et experts œuvrant dans différents domaines. Ils ont insisté aussi sur l’importance de doter les INDH des ressources techniques et financières et des expertises nécessaires afin qu’elles puissent s’acquitter de leurs missions dans ce domaine. Ils ont mis l’accent aussi sur la nécessité de renforcement des capacités du personnel des INDH et des échanges des expériences et des bonnes pratiques dans ce domaine.

Prenant la parole à la clôture de ce débat, le président du CNDH, Driss El Yazami a souligné que ‘l’entreprise et les droits de l’Homme, en tant que système des droits de l’Homme, est de nature à contribuer à la mise en œuvre et au renforcement des droits économiques et sociaux notamment pour les catégories les plus vulnérables, appelant à l’identification des priorités afin de garantir la cohérence et l’efficacité des initiatives prises dans ce domaine’.