Vous êtes ici : AccueilActualitésJumelage Maroc-UE : Le CNDH a besoin de renforcer ses capacités afin de pouvoir répondre aux attentes des citoyens

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

20-06-2019

Amina Bouayach participe à un débat sur la parité lors de la 5ème édition du (...)

Lire la suite

20-06-2019

LA TOLERANCE : NOUS Y GAGNERIONS DE L’HUMANITÉ

Lire la suite

12-06-2019

Election de Mohamed Charef en tant que membre du Comité des travailleurs (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Jumelage Maroc-UE : Le CNDH a besoin de renforcer ses capacités afin de pouvoir répondre aux attentes des citoyens

 

Le  projet de jumelage institutionnel « Protéger et promouvoir les droits de l’Homme au Maroc » mis en œuvre par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et financé par l’Union européenne (UE) a été officiellement lancé lors d’une cérémonie présidée le lundi 12 octobre 2015 à Rabat par MM Driss El Yazami, président du CNDH et M. Rupert Joy, Ambassadeur de l'Union Européenne au Maroc.

Cette cérémonie s’est tenue en présence de M. Michel Forst, Secrétaire général de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH, France), de Mme Patricia Hladschik, Directrice générale de l’Institut Ludwig Boltzmann des droits de l’Homme (BIM, Autriche) et de Mme Laurien Koster du Centre pour la coopération juridique internationale (CILC, Pays-Bas), ainsi que les ambassadeurs de la France, des Pays-Bas et de l’Autriche à Rabat.

Intervenant à cette occasion, M. Driss EL Yazami a indiqué que ce jumelage vise à renforcer les capacités techniques des membres et du personnel du CNDH et de ses Commissions régionales et à accompagner l’opérationnalisation de la nouvelle organisation du CNDH. ‘Nous avons besoin de renforcer les capacités de nos membres et de notre staff administratif afin de pouvoir répondre aux attentes des citoyens qui sont immenses’ a-t-il dit.  Avant d’ajouter que ce jumelage va permettre aussi de renforcer les capacités de la société civile notamment dans le cadre de l’Institut de formation du CNDH qui vient d’ouvrir ses portes.

D’une durée de 24 mois (2015-2017), ce projet de jumelage, dont le CNDH et ses partenaires sont les bénéficiaires principaux, est financé par l’Union Européenne à hauteur de 1 200 000 Euros (environ 13,2MDH). Il prévoit la mobilisation de nombreuses missions d’expertise de la CNCDH, du BIM, du CILC, ainsi que des visites d’études dans les Etats membres de l’UE, notamment dans les domaines de l’élaboration des rapports, l’audition des citoyens, le traitement des plaintes etc.

Pour sa part, M. Rupert Joy a salué le travail accompli par le CNDH dans le domaine de la promotion et de la protection des droits de l’Homme en particulier en matière de lutte contre la torture, la protection des droits des enfants, des femmes et des catégories vulnérables. Précisant que ‘les jumelages représentent l’un des armes les plus puissants pour promouvoir la démocratie, l’Etat de droit et les droits de l’Homme’.  Evoquant la coopération entre le Maroc et l’Union européenne, M. Joy a indiqué que 50 projets de jumelage ont été conclus entre les deux parties en matière de consolidation de la démocratie et de respect des droits de l’Homme.

De son côté, M. Michel Forst a mis en exergue l’importance de la responsabilité des Etats et des gouvernements à respecter les droits de l’Homme et le rôle d’accompagnement que doivent jouer les INDH à ce niveau-là. Il  a à cet égard souligné la nécessité pour tous les Etats de renforcer les lois à même de promouvoir les droits de l’Homme.

 

(Photo: MAP)

Haut de page