Vous êtes ici : AccueilActualitésDynamiques migratoires : pour une approche basée sur les droits de l’Homme

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

14-07-2019

Les formes d’expression publique et le modèle de développement, par Mohamed (...)

Lire la suite

28-06-2019

La présidente du CNDH reçoit la Directrice exécutive de la Direction exécutive (...)

Lire la suite

20-06-2019

Amina Bouayach participe à un débat sur la parité lors de la 5ème édition du (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Dynamiques migratoires : pour une approche basée sur les droits de l’Homme

Quelle est le visage de la nouvelle dynamique migratoire internationale? Quelle protection pour les populations et les personnes en migration ? Quelles incidences migratoires sur les politiques des droits de l’Homme? Des questions et tant d’autres auxquels ont tenté de répondre les participants à la conférence sur ‘Les dynamiques migratoire : au croisement des expériences est des perspectives’ organisée le samedi 29 novembre 2014 dans le cadre du Forum mondial des droits de l’Homme.

Les différentes interventions des panelistes et les débats qui s’en sont suivis durant cette rencontre ont permis de mettre en exergue les différentes complications et les enjeux des dynamiques migratoires internationales qui requièrent désormais une batterie de nouvelles mesures visant à garantir la protection des droits des migrants et assurer leur intégration dans le tissu social et économique du pays d’accueil.

S’inscrivant dans cette vision, M. Abderrahim El Jamri, membre du Comité des Nations unies sur les travailleurs migrants (CMW), a salué les efforts entrepris par le Maroc suite à l’adoption de la nouvelle politique migratoire, précisant que la question de la migration ne doit plus être abordée d’un point de vue migratoire, mais également et surtout d’un point de vue économique. ‘Le Maroc a déployé un grand effort suite notamment au lancement de l’opération de régularisation de la situation d’immigrants en séjour irrégulier, mais il doit poursuivre dans sa lancée pour identifier le type de migration dont il a besoin et déterminer la place des migrants dans la société’ a-t-il dit.

Pour sa part, Mme Delphine Perrin, chercheur à l’Université Aix Marseille a mis l’accent sur la notion de droit des migrants qui a connu, a-t-elle souligné, un développement considérable de par le monde. Prenant le cas du Maroc qui a adopté une nouvelle politique migratoire et qui s’apprête à promulguer de nouvelles lois sur l’immigration et le droit d’asile, Mme Perrin a indiqué que ‘ce pays qui aspire à une intégration dans les Etats de droit et à un leadership dans la région en la matière, doit être l’émulateur d’un mouvement progressiste au lieu d’opter pour une tendance restrictive’. Elle a avancé dans ce cadre l’exemple de la dépénalisation du séjour irrégulier, comme c’est le cas de l’Europe.   

Cette rencontre a été présidée par M. Driss El Yazami, président du CNDH, qui a saisi cette occasion pour réitérer l’importance de l’opération de régularisation exceptionnelle des immigrés en séjour irrégulier au Maroc, précisant qu’à un mois de la fin de cette opération, la Commission de recours présidée par le CNDH se tiendra incessamment afin de statuer sur les dossiers en suspens. Evoquant les nouvelles dynamiques migratoires de par le monde, M. El Yazami a indiqué que la question de la migration figurera désormais dans les objectifs du millénaire pour le développement post 2015. En effet, l’augmentation du nombre de personnes vivant en dehors de leur pays ou régions d'origine a fait que la migration concerne aujourd’hui tous les pays et régions du monde (pays d'origine, de transit ou destination.

Haut de page