Vous êtes ici : AccueilRenforcement des capacités des INDH africaines en matière de promotion et de protection des droits des migrants

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

28-06-2018

Dans le cadre du programme d'appui à la société civile au Maroc : Lancement du (...)

Lire la suite

04-06-2018

Mondial 2026 : la Task force salue le rôle du CNDH suite à la réalisation d’une (...)

Lire la suite

31-05-2018

Forum des droits de l’Homme du Festival Gnaoua : L’impératif d’égalité

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Renforcement des capacités des INDH africaines en matière de promotion et de protection des droits des migrants

Le président du Conseil national de droits de l’Homme (CNDH), Driss El Yazami et le Haut-commissaire assistant pour la protection au Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés, Volker Türk, ont donné le lundi 23 octobre 2017 à l’’Institut national de formation aux droits de l’Homme-Driss Benzekri à Rabat, le coup d’envoi de la formation sur le renforcement des capacités des Institutions nationales des droits de l’Homme (INDH) africaines en matière de promotion et de protection des droits des migrants.

Bénéficiant aux représentants des INDH d’Algérie, du Mali, du Maroc, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal et de la Tunisie, cette formation qui se poursuit jusqu’au 25 octobre 2017, a pour objectif de faciliter l’échange de bonnes pratiques entre les INDH africaines francophones en matière de protection des droits des réfugiés et des migrants et renforcer les connaissances et l’expertise dans ces domaines.

Intervenant à l’ouverture de cette session de formation, Driss El Yazami a indiqué que ‘depuis que nous avons soumis notre rapport sur l’immigration et le droit d’asile à Sa Majesté le Roi Mohammed VI en septembre 2013, le Maroc a essayé d’avoir une politique d’asile et d’accueil des étrangers digne du droit international des droits de l’Homme et des valeurs auxquels nous croyons’.

Pour M. El Yazami, si la question de la migration est une question d’actualité au niveau international, il va sans dire que c’est de plus en plus une question Sud-Sud, et de surcroît une question africaine. Aussi, a-t-il ajouté, ‘en tant qu’institution nationale de promotion de protection des droits de l’Homme, nous avons le devoir de comprendre et d’analyser ces mutations’.

Si la question de la migration et son corollaire l’intégration des migrants dans les sociétés demeure une question complexe, le président du CNDH demeure intimement convaincu que ce sont les INDH qui ont cette capacité d’être les intermédiaires entre les migrants et les demandeurs d’asile d’un côté et le gouvernement, le patronat et la société civile d’un autre.

Abondant dans le même sens, Volker Türk, Haut-commissaire assistant pour la protection au Haut-commissariat des Nations unies, a mis en exergue l'importance des partenariats où les  INDH jouent un rôle fondamental notamment en matière de protection et de promotion des droits des migrants et des réfugiés.

Evoquant la question de la migration et de l’asile dans sa globalité, il a affirmé que ‘la question de protection des réfugiés est une affaire qui s’inscrit dans le cadre de la protection internationale’, mettant au passage l’accent sur la nécessité de faire la distinction entre les migrants et la réfugiés’.

Lors de cette formation, les participants prendront connaissance du cadre de protection des migrants et des réfugiés et de l’état des lieux sur la situation des migrants et des réfugiés sur le plan international et régional et la protection de leurs droits. Un accent particulier sera mis sur les expériences nationales en matière de gestion de la question migratoire, ainsi que sur le rôle des INDH en matière de promotion et de protection des droits des migrants.