Vous êtes ici : AccueilEmploi et employabilité des PESH : Vers la mise place de véritables mécanismes d’inclusion professionnelle

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

04-12-2019

Appel à candidature interne

Lire la suite

27-11-2019

Arménie : Le CNDH participe à la commémoration du quinzième anniversaire de l (...)

Lire la suite

04-11-2019

Assemblée générale du RINADH : Le CNDH réélu membre du Comité directeur au (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Emploi et employabilité des PESH : Vers la mise place de véritables mécanismes d’inclusion professionnelle

 
Les participants à l’atelier « Emploi et employabilité des personnes en situation de handicap » (PESH) ont plaidé pour la mise en place de véritables mécanismes d’inclusion professionnelle au profit de cette catégorie.
Lors de cette rencontre, organisée mercredi 18 mai 2016 à Casablanca par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), des acteurs institutionnels publics et privés et des représentants syndicaux et de la société civile ont souligné que le caractère multidimensionnel et complexe de l’inclusion professionnelle des PESH requiert une vision globale d’appréhension de cette problématique et une approche participative basée sur les droits humains.
 
Intervenant à cette occasion, la présidente de la CGEM, Meriem Bensaleh Chaqroun a indiqué que le patronat marocain, qui s’est engagé depuis longtemps dans le domaine des droits de l’Homme dans l’entreprise, demeure disposé à renforcer le dialogue et la coopération avec l’ensemble des acteurs concernés pour une meilleure insertion des PESH.
 
 
 
Dans ce sens Mme Chaqroun a ajouté que la CGEM, dans l’objectif de concrétiser cette volonté, a lancé plusieurs initiatives et mécanismes notamment la commission Responsabilité sociétale des entreprises et son label RSE,  le groupe de travail « Entreprises et droits de l’Homme » qui se penche entre autres sur la problématique de l’insertion des PESH  et le Pacte social pour une compétitivité durable et un travail décent qui a été signé avec les syndicats.
Pour sa part, le président du CNDH, Driss El Yazami, a noté que depuis son installation le Conseil accorde un intérêt particulier aux droits des personnes en situation de handicap, compte tenu de la discrimination dont souffre cette catégorie notamment en matière de droit au travail.
 
M. El Yazami a tenu à rappeler que la stratégie du CNDH relative à la thématique « Droits de l’Homme et entreprises» s’inscrit dans le sillage d’une dynamique internationale en la matière marquée par des négociations en cours au niveau des Nations unies dans la perspective d’une convention internationale sur cette question.
 
Lors de cet atelier, les participants ont suivi une présentation sur les principales recommandations du rapport du CNDH intitulé « L’emploi et l’employabilité des personnes en situation de handicap », dressant un diagnostic des enjeux, acquis, contraintes et opportunités en matière d’inclusion professionnelle des PESH.
 
La rencontre a été également marquée par la signature d’une convention cadre entre le CNDH et la CGEM sur « les entreprises et les droits de l’Homme » qui a pour objet de définir les modalités de coopération entre les deux parties dans le cadre de la promotion des droits de l’Homme dans l’entreprise.
 
Cette convention vient couronner plusieurs années de travail entre la CGEM, le CNDH et les parties prenantes de l’entreprise (privées et publiques) dans le cadre du programme « Droits de l’Homme et entreprises au Maroc » initié depuis 2008. 
 
 A l’issue de cet atelier, les participants ont émis plusieurs recommandations pour une meilleure inclusion professionnelle des PESH, telles que l’intégration de la dimension handicap dans toutes les politiques publiques nationale et régionale, le renforcement des dispositifs de collecte et de production de l’information relative au PESH, la promotion de l’accès à l’éducation et à la formation professionnelle et l’élaboration de programmes de qualification et réadaptation professionnelle, entre autres.
 
 Les participants ont appelé au renforcement de l’accessibilité aux systèmes ordinaires de formation supérieure et professionnelle au profit des PESH,  à l’encouragement de l’auto-emploi au sein des cette catégorie et au développement des centres de travail protégés.
 
Les recommandations ont porté également sur l’appui institutionnel aux associations travaillant en faveur de l’intégration professionnelle, l’aménagement d’horaire, la redéfinition des tâches à réaliser et la mise en place d’un environnement matériel adapté pour lever les obstacles.
 
Enfin, les participants ont mis en exergue l’importance d’accorder des subventions, des abattements et des réductions de charges sociales aux entreprises qui emploient des PESH, d’introduire l'approche handicap dans  de la préparation de la loi de finance et de mener des compagnes de sensibilisation pour une meilleure connaissance du handicap.