Vous êtes ici : AccueilConvention de partenariat entre le CNDH et le ministère de la Santé : le CNDH s’engage pour la protection des droits des personnes atteintes de tuberculose à travers le renforcement des capacités du personnel de Santé

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

04-11-2019

Assemblée générale du RINADH : Le CNDH réélu membre du Comité directeur au (...)

Lire la suite

04-11-2019

Assemblée générale du RINADH : Adoption du plan d’action du groupe de travail (...)

Lire la suite

04-11-2019

Assemblée générale du RINADH : Adoption du plan d’action du groupe de travail (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Convention de partenariat entre le CNDH et le ministère de la Santé : le CNDH s’engage pour la protection des droits des personnes atteintes de tuberculose à travers le renforcement des capacités du personnel de Santé

Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la lutte contre la tuberculose, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et le ministère de la Santé ont signé le lundi 25 mars 2019 à Rabat une convention-cadre en matière des droits humains et de lutte contre la tuberculose.

Intervenant lors de la cérémonie de signature,  Mme Amina Bouayach, Présidente du CNDH, a souligné que « le CNDH soutient la stratégie de la lutte contre la tuberculose où la sensibilisation est en son cœur, non seulement auprès des professionnels de santé, mais aussi dans les espaces de vulnérabilité ». Une stratégie où la population est informée, où la stigmatisation, la discrimination, l’exclusion sont activement combattus, et où le dépistage et la prévention font partie de l’approche de soins, ajoute la présidente du CNDH.

Mme Bouayach a également affirmé que « le droit à la santé, un droit fondamental, comme l’établie la constitution du Royaume dans son article 31, mais aussi la constitution de l’OMS, ne peut être garanti de manière isolée, et  nécessite la protection concomitante du droit à l‘éducation, au logement et à l’emploi ». De ce fait, ajoute Mme Bouayach « le cas de la tuberculose est intéressant dans la mesure où il révèle bien l’imbrication de ces droits fondamentaux afin de garantir une vie digne et décente au citoyen ». 

Après avoir réitéré la disposition et la disponibilité du CNDH à agir dans le cadre de la Convention CNDH/ministère de la Santé pour la protection des droits de l’Homme et le renforcement des capacités des professionnels de la Santé, Mme Bouayach a affirmé que l’élimination de la tuberculose « nécessite une approche globale harmonisée, multisectorielle, inclusive et complète dans laquelle l’action sociale et économique, l’éducation et les soins vont ensemble ». « L’éradication de la tuberculose va de pair avec notre projet national de développement où la pauvreté l’analphabétisme et l’exclusion n’ont pas leur place » a-t-elle conclu.

Dans le même contexte, Anas Doukkali, ministre de la Santé a rappelé que « l’approche droit de l’Homme considère le citoyen(ne) prioritaire dans toutes les politiques et garantit son droit sans discrimination et sans stigmatisation ». Une approche qui a prévalu lors de l’élaboration de la Stratégie nationale de la lutte contre la tuberculose qui contribue à mettre en œuvre les engagements du Maroc dans la lutte contre cette maladie.

A travers la Convention susmentionnée, le CNDH s’engage à coopérer avec le ministère de la Santé pour protéger les droits des personnes atteintes de tuberculose en renforçant les capacités du personnel et les cadres des deux parties dans leurs domaines de compétence respectifs, en particulier dans le domaine de l’élimination de la discrimination et de la stigmatisation à l’égard des personnes atteintes par cette maladie. 

Pour rappel, le Maroc enregistre près de 30.000 cas de tuberculose chaque année, y compris les nouveaux cas et les cas de rechute.